Eolien terrestre / 7 novembre 2016

Concrétisation du projet EOLIFT de Freyssinet

img307s

Ce projet de 6,8 M€, sélectionné et financé en 2013 par l’ADEME (programme ÉNERGIES DÉCARBONÉES du PIA) est coordonné par Freyssinet , acteur majeur du secteur du génie civil, avec pour partenaires les laboratoires LOFIMS (INSA Rouen) et LOMC (Université du Havre), membres de CEVEO.

Il vise à :img303s

  • Concevoir et réaliser des tours en béton précontraint de grande hauteur (>100m) capables de supporter des turbines de forte puissance ;
  • Concevoir et réaliser un outil d’assemblage de la tour, et de levage de la nacelle, permettant de s’affranchir de l’utilisation de grues de forte capacité.

Associé à GE-Alstom et ENGIE Tractebel Energia, Freyssinet a mis en œuvre son concept EOLIFT® depuis mars 2016 pour l’installation des 36 éoliennes ECO 122 de 2,7 MW du parc Santa Monica à Trairi, état de Ceará au Brésil.

Avec cette réalisation, les 3 niveaux d’innovation annoncés dans le projet ont été respectés :

  • Structure : remplacement des tours en acier traditionnelles par des tours en plusieurs éléments de béton précontraint, ici de 119 mètres. Cette démarche permet d’envisager des mâts de plus grande hauteur (> 140 m) qui poseraient de grandes difficultés de fabrication et de coûts en acier ;
  • Industrialisation : conception d’une usine temporaire (démontable) proche du site pour produire les éléments de béton et réduire le transport. Ceci permet en outre de mettre en œuvre un fort contenu local ;
  • Levage : méthode d’élévation de la tour inédite « par le dessous » sans utilisation de grue de forte capacité (craneless).img304_2s

Les laboratoires normands impliqués continuent pour leur part leurs travaux de recherche dans ce domaine de dimensionnement des structures en :

  • continuant leur collaboration avec Freyssinet, notamment pour la réalisation d’un amortisseur dynamique ;
  • lançant une nouvelle thèse au LOFIMS, financée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, sur le Contrôle actif optimal des vibrations des mâts des éoliennes de grandes hauteurs. Il s’agît au final de renforcer et affiner la connaissance et la modélisation de la fatigue sous sollicitations aléatoires pour augmenter la fiabilité.